La Punta Bagna à Valloire : La « Harley » , un bruit mythique … ou le mythe du bruit ?

Sans doute l’ avez vous remarqué, il devient courant de voir ( entendre ) une ou plusieurs fois par jour une Harley-Davidson. Tellement fréquent que ce qui était auparavant l’ apparition fugace et rare d’ un engin exceptionnel et faisait rêver en est ramené à une mode , généralement de vieux beauf qui se veulent l’ âme d’ un rebelle aventurier … un « Rider » ! N’ oublions pas que dans ce monde de la mécanique , l’ apparence et le sentiment d’ être quelqu’un , de faire partie d’ un clan est souvent le moteur (!) principal .

En ce sens , la Harley tient le ponpon : déguisement obligatoire … et grandes messes qui cassent les c… à ceux qui ont le malheur d’ habiter sur ces lieux là. J’ avais ainsi vécu 2 jours d’ enfer à Barcelone , que je rêvais de visiter depuis longtemps . Las , nous avions fui : le vacarme de la plupart de ces individus ( qui avaient à coeur d’ exister à traver le bruit de leur bête ) pénétrait jusqu’ à l’ intérieur de la Sagrada Familia . Quand aux piétons , s’ils ne s’ écartaient pas assez vite du passage, un bruit de tonnerre s’ abattait sur eux ( faisant trébucher une personne agée , terrorisée , heuresement sans mal …).

C’est une de ces merveilleuses « fêtes «  : La «  Punta Bagna », dévolue à cette caste qui vient de se dérouler à Valloire, splendide station de Montagne mais à proscrire car grande fan de sports mécaniques ( Salons dédié aux 4×4 et autres quads ) . Tout y’ était , le Programme promettait du «  gros son » ( fondamental : là c’ était les concerts , j’ ai rien contre , même si je juge un groupe plus à sa qualité qu’ à ses décibels ) , … il y’ avait aussi bien sûr les baptémes hélicos , etc … Il est vrai que de nos jours , on sait que le réchauffement et la pollution, c’ était du pipo !

Bref , au vu du nombre de concessionaires qui ouvrent , du lobbying phénoménal de cette marque ( même le pape a été arrosé … ! ), et de l’ absence total de prise en compte de l’ impact sonore sur l’ espace vital des « autes », on a affaire à un vrai cancer gallopant qui nous touche tous, nous qui voulons simplement pouvoir vivre au calme.

Et le saviez vous ? Harley a tenté de breveter son bruit ! On en reste bras pendants …

Le seul point positif de cette boîte qui produit effectivement des tas de ferraille de qualité , c’est l’ organisation du travail au sein de son entreprise , et sa relation client ( qui deviennent si je ne me trompe des sociétaires ) . Dommage que ceci soit ridiculisé par cela …

Gilet jaune obligatoire pour les motos ( dans le « coffre » )

Cette mesure, qui semble pour le moins peu contraignante et plutôt logique et positive est en passe d’ être appliquée .

Pourtant , sur RTL ,reportage ( pas ) surprenant :

l’ inévitable fédération des motards en colére ( depuis le temps ! …les pauvres ) réagit: » On est pas vraiment pour , il y a souvent des bandes fluos sur nos combianaisons … Et puis , on aime pas les obligations  » . Ah Bon ? Nul n’ avait remarqué ! Bon, nous on est obligés de supporter le bruit délirant d’ un grand nombre d’ entre eux, mais ça c’est normal voyons ! Au nonm de la liberté bien sur ( enfin , la leur …)

 

Une autre motarde :  » Si on doit le porter en permanence, c’est idiot , ça abimerai le « Look » du motard . Ah ben oui , trés important l’ apparence , le look . Paraitre, ça ç’ est une vraie valeur ! Remarquez, à voir tout ces Robocops on s’ en serait douté . Bruit , puissance , look … pour avoir l’impression d’ être quelqu’un ? dommage que cette thérapie , à l’ inverse d’ autres nuise autant à autrui et aux paysages…

 

Enfin un troisiéme motard :  » J’en ai un avec moi depuis des années… je trouves celà plus sécurisant si je me retrouve arrété au bord de la route . Il m’ arrive de le mettre en roulant dans certaines situations , je trouve celà normal  »

Et oui, il y’ a aussi des motards qui sont là pour se faire simplement plaisir avec leur passion , sans être pour autant lobotomisés .

 

Moralité ?  Qu’ est ce que ça va être quand ils devront nous rendre la liberté de vivre dans le calme , sans bruit excessif et irrespectueux !

 

 

 

A moto sur la route Napoléon pendant le pont du 8 mai

Je ne résiste pas à reproduire ici le commentaire de  » Maurice  » , tellement révélateur ….

Les Motos et la route Napoléon

J’ ai fait le we dernier un bout de la route napoléon , au départ d’ antibes . Dés la ville de Grasse , j’ai été doublé par des « furieux » qui m’ont mis en état de stress . Je me suis alors mis à compter les motos , histoire de me dire que ce n’ est que quelques excités … Bilan des courses ( le mot est hélas bien choisi ! ) : De Grasse à Castellane ( environ une heure ? ), pas moins de 162 motos rencontrées dans un sens ou l’ autre , avec les inévitables meutes ou grappes redoublant l’ effet d’ agressivité ..

Sur ces 162, 64 étaient clairement ultra bruyantes ( bruit qui fait sursauter dans la voiture , couvrant l’ autoradio vitres fermées ) , une vingtaine seulement faisaient de la moto de tourisme , roulant à vitesse autorisée, nous doublant là où c’est autorisé , sans bruit délirant ; le reste même si moins bruyant était clairement là pour faire parler la puissance et la vitesse … lignes continues, dépassement entre 2 voitures en sens opposé , etc … avec une mention spéciale au fada qui nous a dépassé en plein village en roue arriére dans un vacarme indescriptible , et bien sur devant une terrasse de café que l’on devinait derriére l’ alignement des motos garées contre !

Moralité ? Je voulais me faire une opinion détachée et objective sur les motards pour sortir du choc des premiers « fadas » , et bien avec quasiment 2/3 qui ont un comportement arrogant et dangereux, sans aucune conscience des autres ( j’ apprécie que vous utilisiez ce mot dans vos pages : c’est exactement de celà qu’il s’ agit ! ) , je crois que nous avons à faire face à un véritable cancer extrémement envahissant . Bon courage à vous dans votre lutte pour le simple droit d’ être respecté. Cordialement

PS : Dans ce vacarme quasi permanent , pas question d’ imaginer s’ arréter et profiter de ce splendide paysage naturel, totalement bafoué par ce bruit de circuit permanent

Les cols des vosges interdits aux Motos le week end ?

Celà pourrait sembler une blague … un rêve … ? Non, ceci a bel et bien failli arriver. C’ était évidemment sans compter sur la puissance des lobbys de  » sports mécaniques  » , très actifs . Au rang desquels la célèbre « fédération française des motards en colère »  alias FFMC ( en colère depuis tant d’ années … les pauvres ! eux qui ont à peu prés tout les droits , ou plutôt qui se les arrogent ). Las , le préfet a fait volte face . De toute façon, évidemment ce n’ était pas la solution. Le but n’est pas d’interdire une passion, juste de la rendre compatible avec les « autres » , ceux pour qui le bruit n’est pas nécessaire pour exister , ceux qui , même , apprécient sans peur le calme, le silence et en ont besoin pour vivre , s’y nourrissent. Espérons au moins que plutôt que d’ être des motards en colère, ceux ci deviendront des êtres en réflexion ( que ce soit « motard » ou  » écolo » ou « grimpeur » , je trouve toujours navrant qu’un être se définisse par son activité … ne peut il simplement être ? Sans prothèse pour se définir dans son existence d’ humain … donc heureux en toute circonstance ). En réflexion disais je … que cet épisode , qui montre à quel point le bruit des moteurs est une agression de l’ autre , amène simplement les motards à cette question :  » Suis je seul au monde ? Et si non ma passion , si forte soit elle doit elle me lobotomiser au point de nier l’ existence des autres et de pourrir la vie de milliers de gens chaque jour avec mon seul engin ??  »

A suivre …

Journée contre le bruit … hélas en Suisse ! c’est déja ça …

Nos amis Suisses semblent un peu plus actifs … Ils organisent ainsi une journée contre le bruit le 24 avril 2013

http://www.laerm.ch/fr/journe-contre-le-bruit/journe-contre-le-bruit-2013/sujet/thema.html

« Hein? » Le bruit trouble la communication

Que ce soit dans un espace public, au restaurant ou dans une salle de classe, le bruit a une influence négative sur l’intelligibilité et entrave la communication verbale.

Les lieux publics sont généralement utilisés pour faire une pause, pour manger, pour faire du sport, pour des activités culturelles ou encore comme lieu de rencontre. La population éprouve un grand besoin de communiquer à l’extérieur, mais le bruit y constitue régulièrement un facteur qui entrave le dialogue.

Visages muets

L’espace public est l’artère vitale d’une ville ou d’un village et constitue un lieu voué aux interactions entre les individus. Lorsque cet échange est rendu difficile ou impossible par des sources de bruit diverses, une part importante de la qualité de vie est perdue. Les images de personnes muettes aux croisements de routes, sur les places publiques ou dans les cafés s’intègrent à un tableau urbain typique, dans lequel l’environnement est souvent simplement trop bruyant pour qu’il soit possible de se lancer dans une discussion. Même si des mesures de protection contre le bruit et de modération du trafic contribuent à améliorer la situation en de nombreux endroits, la simple perspective de devoir crier sur son vis-à-vis pour pouvoir être compris encourage de nombreuses personnes à rester muettes. Les problèmes d’intelligibilité ne concernent pas uniquement les espaces publics, mais aussi d’autres locaux tels que les restaurants ou les salles de classes, souvent trop bruyants également.

Restaurants et salles de classe bruyants

Nous connaissons tous le sentiment désagréable d’une discussion rendue impossible par le niveau de bruit régnant dans un restaurant. Dans cette situation, écouter devient un calvaire, le dialogue un acte de force. La musique de fond, les entrechoquements des verres et le sifflement des machines à café viennent se mélanger au son des voix pour former un bruit confus, gênant et ininterrompu. Cet inconvénient de taille est souvent le résultat d’une mauvaise insonorisation intérieure, aspect souvent négligé lors de la planification et de l’aménagement des locaux. Ce problème n’est pas non plus résolu de manière optimale dans de très nombreuses salles de classe. La règle suivante s’applique: Plus un matériau est lisse, plus le temps de réverbération est long. Dans les locaux bruyants, une amélioration est possible en utilisant des textiles tels que des rideaux ou des tapis, mais aussi en positionnant des tableaux, des plantes ou des plaques absorbantes aux endroits appropriés.

Divers comportements possibles

Les effets négatifs du bruit sur l’intelligibilité verbale se manifestent de différentes façons. Certains écoutent de manière concentrée, d’autres se mettent à parler plus fort. Quoiqu’il en soit, une meilleure écoute nécessite une attention accrue, ce qui limite en général les possibilités de mener à bien d’autres activités en même temps. Dans les salles de classe, de telles conditions provoquent des problèmes de concentration et une humeur irritable aussi bien chez les écoliers que chez les enseignants. Au restaurant, seules deux issues restent souvent envisageables: Fuir vers un local plus tranquille ou alors parler moins et consommer plus. Dans de nombreux restaurants et bars, maintenir un niveau de bruit volontairement élevé pour stimuler la consommation de boissons fait d’ailleurs partie des pratiques courantes.

Les victimes sont essentiellement les enfants et les malentendants

Le bruit exerce un effet direct sur la communication en faussant le signal verbal émis. Celui qui écoute n’est plus en mesure de déchiffrer le message verbal correctement et doit par conséquent tenter de compléter les informations manquantes à partir du contexte ou alors espérer que son interlocuteur élève la voix. L’altération du langage et les interruptions de la communication (bruit routier, etc.) sont encore davantage un problème pour les enfants, car ces derniers disposent d’un vocabulaire restreint et d’une mémoire acoustique limitée. C’est pourquoi il est difficile à des enfants de replacer les éléments manqués dans le bon contexte. En outre, chez les enfants, une exposition au bruit chronique peut avoir des conséquences négatives sur le développement du langage. Les personnes avec des troubles de l’ouïe à un degré faible ou moyen sont également touchées. Il n’est pas surprenant que de nombreux utilisateurs d’appareils auditifs se résignent à se retirer de la vie publique à cause de l’influence négative du bruit sur leurs possibilités de communication.

Campagne pour la journée contre le bruit 2013

Placée sous la devise « Le bruit rend muet », la journée contre le bruit 2013 abordera le thème de l’intelligibilité verbale dans les espaces publics. Dans diverses villes suisses, le public sera rendu attentif à la journée contre le bruit grâce à des acteurs et pantomimes qui se produiront le 24 avril 2013 de 12h00 à 14h00 sur plusieurs places publiques très fréquentées en proposant un spectacle inspiré du mot d’ordre de cette année.